Ostéopathie

L’ostéopathie est une approche thérapeutique dite « non conventionnelle » longtemps restée une pratique confidentielle, apparue au XIXe siècle, sous l’impulsion d’un médecin, Andrew Taylor Still (1828-1917), qui en posa les premiers fondements en s’appuyant sur les bases anatomiques et physiologiques du corps.

Elle est un raisonnement, une philosophie, un art basé sur l’idée selon laquelle toute perte de mobilité naturelle des organes les uns par rapport aux autres apparaît au niveau des muscles, des tendons, des viscères, du crâne ou des enveloppes (fascia) en induisant des dysfonctionnements.
L’ostéopathie a pour but premier de restaurer et de conserver la mobilité des différents tissus du corps humain entre eux et en eux (motilité).

Cette approche permet d’une part de diagnostiquer et de traiter, par la main, un individu dans sa globalité, d’autre part de préserver sa santé pour éviter qu’il ne contracte une maladie, en agissant sur les dysfonctions de micro mobilité des tissus du corps, susceptibles d’entraîner des troubles fonctionnels pouvant altérer l’état de santé physique et morale.

L’ostéopathie permet de soulager certains troubles fonctionnels par des manipulations manuelles du système musculo-squelettique et myofascial, elle a un impact sur les atteintes fonctionnelles (dysfonctions) de l’organisme et considère que la médecine conventionnelle est nécessaire pour toute atteinte organique de la structure. Toutefois, un ostéopathe peut travailler avec un patient atteint dans sa structure organique, une fois celle-ci prise en charge par la médecine conventionnelle.

L’Ostéopathie Hémodynamique

L’Ostéopathie Hémodynamique est une approche thérapeutique basée sur l’étude de la mobilité des muscles et plus particulièrement leur Motilité Permanente (mouvement musculaire involontaire et permanent – MMP). Elle améliore de façon significative la prise en charge de pathologies liées à :

• La circulation du sang dans les veines
• Le drainage mécanique des articulations
• Le fonctionnement des chaînes musculaires
• Les obstacles à la circulation lymphatique

L’introduction de la motilité musculaire permanente (MMP) à la réflexion ostéopathique permet d’améliorer la prise en charge de certaines pathologies en terme d’efficacité et de pérennité :

• Les lésions ostéopathiques et les phénomènes arthrosiques qui en résultent
• Les congestions post opératoires et traumatiques (œdèmes)
• Les troubles cutanés liés à certaines pathologies (Parkinson, diabète, coma)
• Le phénomène de jambes lourdes (voir publications)
• Le phénomène des « impatiences »
• Les crampes musculaires
• La maladie de Raynaud
• Certaines insuffisances respiratoires et veineuses

Article premier du décret n° 2007-435 du 25 mars 2007 relatif aux actes et aux conditions d’exercice de l’ostéopathie :
« Les praticiens justifiant d’un titre d’ostéopathe sont autorisés à pratiquer des manipulations ayant pour seul but de prévenir ou de remédier à des troubles fonctionnels du corps humain, à l’exclusion des pathologies organiques qui nécessitent une intervention thérapeutique, médicale, chirurgicale, médicamenteuse ou par agents physiques. Ces manipulations sont musculo-squelettiques et myo-fasciales, exclusivement manuelles et externes. Ils ne peuvent agir lorsqu’il existe des symptômes justifiant des examens paracliniques. Pour la prise en charge de ces troubles fonctionnels, l’ostéopathe effectue des actes de manipulations et mobilisations non instrumentales, directes et indirectes, non forcées, dans le respect des recommandations de bonnes pratiques établies par la Haute Autorité de la Santé. »